L'expo

;

Institut des Aveugles de guerre de Boitsfort

4. L'Institut des Aveugles de guerre de Boitsfort : naissance et organisation

Introduction

Introduction

Pendant le conflit, Élisabeth s’est fortement impliquée dans l’aide aux soldats blessés et aux civils en détresse, ce qui lui a valu le surnom de « Reine infirmière ».

Dès 1918, elle décide de venir en aide aux soldats mutilés de la vue en mettant sur pied un institut de rééducation et de réinsertion professionnelle, dont l’objectif est la réadaptation à la vie sociale. Le programme inclut à la fois des aspects éducatifs et récréatifs.

Pour abriter le nouvel institut, Georges de Laveleye, président de la Banque de Bruxelles, met en location une vaste maison de plaisance située à Boitsfort, drève du Duc.

L’Institut, financé uniquement par des contributions privées, est affilié au Permanent Blind Relief War Fund, créé par le philanthrope américain George Kessler à l’intention des soldats devenus aveugles. Dès avril 1920, celui-ci signe en faveur de l’Institut un chèque d’un montant de 300.000 francs (équivalant à 315.000 euros en tenant compte de l’inflation).


Photographie en noir et blanc. Vue d'une façade du château, prise du parc. La façade est couverte de vigne vierge et entourée d'arbres.

Coll. privée

« La Ferme » à Boitsfort en 1919, siège de l'Institut des Aveugles de guerre

Ce château de style Renaissance flamande entouré d’un grand parc est dénommé « La Ferme », en souvenir de l'ancienne ferme de Duras. Celle-ci a longtemps appartenu à la famille du célèbre chirurgien Antoine Depage, qui y est né. La ferme, détruite par un incendie, a laissé place au château en 1883. Le docteur Depage, qui a beaucoup fréquenté la reine Élisabeth lorsqu'il dirigeait les services hospitaliers de l'armée belge sur le front de l'Yser, a peut-être joué un rôle dans le choix des lieux.

La direction de l'Institut

La direction de l'Institut


Photographie en noir et blanc. La photo montre, à droite, le directeur de l'Institut, de face. En uniforme, nu-tête, il est assis à son bureau, en train d'écrire. À gauche de l'image, son adjoint, en costume civil, est assis sur une chaise, les jambes croisée. Il lit un document. À l'arrière-plan, un troisième homme, vu de dos, est assis à un bureau et tape à la machine. On distingue à sa droite un dictaphone à cylindre. Sur le mur du fond, on voit de gauche à droite une armoire, deux cadres et des étagères chargées de livres.

Coll. privée

Le capitaine Georges Delvaux (à droite sur l'image), officier retraité, est le directeur de l'institut. Il est assisté par un sous-directeur, S. Voet (à gauche) (en civil, à gauche) . En août et en septembre 1919, tous deux effectuent un voyage d'étude en Angleterre et en France. Ils visitent St. Dunstan, le National Blind Institute, la Maison de convalescence des soldats aveugles de la rue de Reuilly à Paris, le Phare de France (établissement du Comité franco-américain pour les aveugles de guerre), l’Association Valentin Haüy (vouée à la cause des personnes aveugles en France) et le siège du Permanent Blind Relief War Fund.

Publications promotionnelles

Publications promotionnelles

Couverture de la brochure intitulée « Œuvre de S.M. la Reine. Institut des aveugles de guerre, Boitsfort / Oorlogsblindengesticht Boschvoorde ». La couverture est en papier beige, le titre est imprimé en bleu et orange dans un encadrement de mêmes couleurs, avec en bas, au centre, un flambeau entouré d'une couronne de lauriers, imprimés en bleu.

Coll. privée 


Couverture du recueil de lithographies de Samuel De Vriendt édité par l'Institut. Elle est en papier beige et ornée d'une reproduction en couleurs, sur fond blanc, d'un dessin représentant un aveugle de guerre en buste, portant un uniforme d'infanterie belge et des lunettes noires, les mains appuyées sur une canne. Au-dessus de l'illustration se trouve la reproduction de la signature de la reine Élisabeth (Elisabeth) surmontée d'une couronne, en bas le titre « Croquis – Shetsen – Sketches » et l'adresse de l'éditeur : « Edition : Institut des Aveugles de Guerre / Boitsfort ».

Coll. privée 

Pour promouvoir son action, L'Institut de Boitsfort édite en 1920 deux publications. La première est un petit album bilingue de 29 photographies au format carte postale (12 x 18 cm), intitulé Œuvre de S.M. la Reine. Institut des aveugles de guerre, Boitsfort = Oorlogsblindengesticht Boschvoorde, qui propose « Une promenade dans l’Institut [« Een bezoek aan het gesticht »]. Chaque vue est accompagnée d'un explicatif. L'autre publication, plus luxueuse et de grand format (44,5 x 34 cm), est un superbe recueil de portraits des aveugles de guerre en stage à « La Ferme », dessinés par l'artiste flamand Samuel De Vriendt (1884-1974), qui avait réalisé de nombreux dessins et croquis au front de l'Yser. Les vues de l'Institut de Boitsfort et les portraits dessinés reproduits ici sont extraits de ces documents.


Photographie en noir et blanc. Photo de groupe prise dans le parc de l'Institut. La reine Élisabeth, revêtue d'une manteau avec col de fourrure et coiffée d'un chapeau, se tient sur la droite, au premier rang du groupe comptant environ trente hommes, en majorité des aveugles de guerre en uniforme, mais aussi le directeur, aussi en uniforme, à l'extrême droite, et des membres du personnel, dont deux en civil, à l'extrême gauche, portant un tablier blanc sous leur veston.

Coll. privée 

Les aveugles de guerre entourant « leur Reine »
La reine Élisabeth rend fréquemment visite aux pensionnaires de son établissement afin de s'informer de leurs besoins et des progrès de leur formation. Son secrétariat est en contact permanent avec la direction de l'Institut et collabore à sa gestion et à la recherche de fonds.


Dessin lithographié en noir sur papier crème. Le dessin représente un soldat en uniforme, de face, se déplaçant en tenant une canne de la main droite. Il est coiffé d'un « bonnet à floche » et porte des lunettes. À sa droite, la silhouette de la reine Élisabeth est très sobrement esquissée. Elle se tient aux côtés du soldat, légèrement en retrait, tournant la tête vers lui. La signature de Samuel De Vriendt, datée 1920, figure en bas à droite.

Coll. privée

« Sous Sa sauvegarde / Onder Hare hoede »

Des lieux adaptés pour les personnes handicapées de la vue

Des lieux adaptés pour les personnes handicapées de la vue


Photographie en noir et blanc. Photo de groupe prise dans le parc de l'Institut. La reine Élisabeth, revêtue d'une manteau avec col de fourrure et coiffée d'un chapeau, se tient sur la droite, au premier rang du groupe comptant environ trente hommes, en majorité des aveugles de guerre en uniforme, mais aussi le directeur, aussi en uniforme, à l'extrême droite, et des membres du personnel, dont deux en civil, à l'extrême gauche, portant un tablier blanc sous leur veston.

Coll. privée


 Photographie en noir et blanc. Vue du château prise du parc. La façade est en partie masquée par les arbres. On remarque au centre une tourelle avec un toit conique. Sur la droite de l'image, un groupe d'élèves aveugles se rendent aux ateliers. Le chemin est bordé de guide-mains blancs.

Coll. privée

Dans le parc entourant le château, des guide-mains sont placés en bordure du chemin menant aux ateliers. Les arbres trop proches du chemin sont munis de bourrelets protecteurs.


Photographie en noir et blanc. Vue d'un baraquement destiné notamment aux ateliers. Situé dans le parc du château, sur un terrain présentant une forte dénivellation, il est construit en partie sur des piliers en briques. Un chemin bordé de guide-mains mène vers l'entrée. À l'arrière-plan, en contrebas, on aperçoit les toits du château et une haute façade.

Coll. privée

La salle Kessler
Baptisée ainsi en hommage au philanthrope américain qui a financé l'Institut, la salle Kessler est destinée aux cours donnés en commun. Les piliers sont protégés par des bourrelets à hauteur du visage. Au sol, une bande de texture particulière sert de guide podotactile.